La vidéo ?

Une trace ?

Non certaintment pas ! Mais plutôt un outil plastique en soi. Depuis 2016 Zoé s'est mise à performer dans des vidéos scènettes comme elle peut parfois les nommer. Elle utilise le rectangle de la caméra comme une scène de théâtre grâce au plan fixe.

Le corps, son outil.

L'espace, son terrain d'expérimentations.

Un lieu, un contexte, un décor.

Comme une arpenteuse, Zoé Hamelin vient découvrir avec le spectateur ces différents espaces et acter à l'intérieur de ce décor.

Ses voyages créent de nouveaux contextes 

comme lorsqu'elle part au Texas.

Mais celui-ci peut aussi bien se trouver dans l'intimité onirique d'un hangar de construction de décors de théâtre ou encore dans une porcherie.

Capture d’écran 2018-10-17 à 9.03.58 AM_

ViDEO ACTiON: UNE DEMARCHE D'ARPENTEUSE

Corps témoin.

Des questions de solitude et d'ennui sont évoquées.

Ce personnage, souvent elle-meme, vient comme une sorte d' anti-héro.

Témoin de ces espaces ou scènes, elle joue avec, souvent par le biais de gestes simples du quotidien.

Le corps se positionne à la fois comme personnage principal et spectateur actif. Il vient donner une échelle ou devient témoin.

On pourrait évoquer des questions de corps et paysages sculptures.

Et la question de l'absurde dans tout ça?

Oui certainement !

Et elle l'assume. Dans sa salopette de bricoleuse qui ne sait pas bricoler elle vient se mettre en scène parfois dans des actions plutôt dramatiques comme escalader un tas de fumier, lrépétition et l'échec apportent alors une dimension burlesque.